Share

Investir dans l’immobilier avec peu de moyens

Investir dans l’immobilier offre de nombreux avantages, comme se constituer un supplément de revenus, préparer sa retraite ou encore obtenir un capital pour un investissement ultérieur. Mais le coût initial peut être un blocage. Heureusement qu’il existe d’autres solutions d’acquisition, comme partager l’investissement immobilier. Vous avez le choix entre les SCPI sociétés civiles de placement immobilier, la SCI société civile immobilière, l’indivision ou encore le crowdfunding.

Pourquoi investir dans l’immobilier à plusieurs ?

Partager l’investissement immobilier vous permet d’acquérir un bien sans avoir à payer la totalité du prix. À plusieurs, avec des amis, des membres de la famille ou des associés, vous pouvez vous lancer dans l’immobilier partagé. Les investissements locatifs constituent l’option la plus intéressante.

Cette solution vous permet d’optimiser les coûts liés à l’achat du bien immobilier, mais également à l’entretien des lieux. Les avantages sont indéniables, car vous pouvez vous constituer un patrimoine même avec un budget restreint.

Il est vrai que les loyers seront ensuite partagés au prorata de l’apport de chacun, cela représente déjà des revenus supplémentaires. D’autant plus que la transmission sera juridiquement et fiscalement optimisée.

Quoi qu’il en soit, il y a certaines règles à respecter pour éviter les éventuels litiges. Partager  l’investissement immobilier implique des droits et des obligations pour chaque investisseur. En tout cas, vous avez plusieurs options à portée de main comme investir SCPI, dans la SCI, l’indivision ou le crowdfunding.

Les SCPI sont-elles vraiment une solution d’investissement moins coûteuse ?

Les SCPI sont un produit d’investissement à mi-chemin entre l’immobilier en direct et les produits financiers. Appelé également pierre papier, ce produit vous permet de détenir un patrimoine immobilier sans vous soucier de sa gestion. Il peut s’agir d’un logement, de locaux commerciaux ou de bureaux. La seule condition étant que le bien soit mis en location.

Vous achetez donc des parts de SCPI et recevez en retour des loyers en quote-part. Il faut noter que les gestionnaires déduisent d’abord des loyers les coûts de travaux et les frais de gestion. Le prix des parts est révisé régulièrement après une expertise annuelle. Vos loyers sont soumis à la fiscalité au titre de revenus fonciers.

Vous pouvez accéder à des parts pour 20 000 à 30 000 euros en moyenne. Mais avant de vous lancer, il faut tenir compte de quelques paramètres :

  • Vérifiez le prix de la souscription, les conditions de revente et les plus-values estimées.
  • Prenez le temps d’examiner le parc immobilier du gestionnaire, s’il est toujours attractif pour les locataires.
  • Optez pour les immeubles qui se situent dans les agglomérations dynamiques.
  • Vérifiez la performance du gestionnaire sur les 10 dernières années pour évaluer la rentabilité de ce projet.

Quels sont les atouts et les limites des SCPI ?

Les SCPI constituent un placement attrayant pour diversifier vos placements. Elles vous permettent d’investir dans l’immobilier de façon indirecte en finançant l’achat à crédit. Sachez qu’aucun autre produit financier n’est accessible à crédit. Vous pouvez ensuite déduire vos intérêts de vos revenus fonciers. Dans tous les cas, le ticket d’entrée est minime.

Le rendement est également élevé avec un risque assez faible. Qui plus est, vous n’avez pas à vous occuper de la gestion des lieux que ce soit des immeubles d’habitation, de commerce ou de bureau. Les gérants s’occupent de tout de A à Z, de l’achat du bien à sa gestion. Ils vous versent uniquement votre quote-part de loyers.

De manière générale, les gestionnaires détiennent un vaste parc immobilier. Les risques locatifs sont mutualisés grâce aux centaines de locataires.

Toutefois, partager l’investissement immobilier en SCPI présente ses limites. Le placement est peu liquide, car les parts de SCPI sont difficiles à revendre. Les frais de gestion peuvent être également élevés et viennent réduire le quote-part de tous les investisseurs. Il s’agit d’un investissement rentable uniquement à long terme. Comptez au moins 10 ans avant de pouvoir revendre votre part.

Immobilier partagé : quid des autres solutions

Mis à part les SCPI, d’autres solutions existent pour partager l’investissement immobilier. Vous avez plusieurs options à choisir en fonction de votre capacité financière, du type de projet immobilier qui vous intéresse et de votre situation familiale. L’investissement locatif à plusieurs est intéressant dans tous les cas.

L’indivision

Partager l’investissement immobilier en indivision est une solution de référence pour les couples mariés ou en union libre. Vous achetez à deux et la quote-part est définie en fonction de l’apport financier de chacun. Il s’agit de la démarche la plus simple.

La SCI

La société civile immobilière intéresse de plus en plus d’investisseurs. Il faut deux actionnaires au minimum, des personnes physiques ou morales pour investir ensemble avec cet outil de gestion de patrimoine. On parle alors de parts sociales. La SCI offre également un système de donation et de transmission avantageux.

Le crowdfunding immobilier

Vous devez passer par une plateforme pour participer à un crowdfunding immobilier. De plus en plus d’investisseurs passent par cette méthode de récolte de fonds. Veillez à choisir un porteur de projets fiable et un projet rentable avant d’investir votre fonds. Vous obtenez ensuite un rendement régulier au prorata de votre investissement.