Share

Histoire de la pergola : du bois en Italie à la pergola alu à lames orientables

 

Pour découvrir et apprécier les charmes de la pergola, revisitez son histoire. La rédaction Nid Douillet vous propose justement de replonger dans l’évolution de cet abri qui existe depuis l’Antiquité.

La pergola, une vieille tradition transalpine

Depuis l’Antiquité déjà, les hommes se prélassaient à l’ombre des arbres. Dans les villes antiques, la construction de poutres horizontales surmontées de poteaux verticaux s’est vite popularisée.

C’est ainsi que naquit la pergola ancienne. Son usage s’est progressivement perdu au gré des innovations architecturales de l’époque, jusqu’à la période de la Renaissance en Italie.

Depuis ses origines, elle a inspiré de nombreux architectes qui ont remis cet abri au goût du jour. Léon Battista Alberti, célèbre architecte italien, fut l’un des premiers à populariser les confections de pergola avec des branches de feuilles persistantes et des roses blanches.

Les abris intégraient alors plusieurs éléments naturels, dont le plus courant était le bois. Ce bois était parfois issu des branches d’une essence en particulier. Parfois aussi, ce sont les branches d’un arbre fleuri qui formaient la structure sur laquelle on posait des plantes grimpantes.

Au départ, elles intégraient toujours des éléments naturels (branchages, feuillages et fleurs). Même celles mises à jour par John Evelyn en 1645 à l’occasion d’une visite au cloître de la Trinità dei Monti à Rome intégraient des éléments naturels.

Son nom est tiré de l’italien pergole, expression qui signifie fondamentalement tonnelle ou berceau de vigne. Toutefois, la forme et la structure de l’ensemble ont progressivement évolué.

Les pergolas à l’époque moderne

Quelques inventions et découvertes de l’ère moderne ont contribué à la création de pergolas intégrant moins d’éléments naturels et ouvrant sur de multiples possibilités de pergolas. Lorsqu’Henri Cort met au point le principe du fer forgeable en 1784, il facilite l’intégration des éléments métalliques dans les structures architecturales.

Dès 1880, le fer forgé est utilisé dans la conception de certains modèles. Très vite, l’acier, plus solide, s’impose davantage auprès des artisans. Le bois reste ceci dit un matériau courant dans sa construction.

Après la découverte du polychlorure de vinyle (PVC) par le physicien français Henri Victor Regnault en 1838, la conception des menuiseries change radicalement. Le PVC devient un matériau de référence au cours du siècle suivant. Après 1939 notamment, la société Saint-Gobain est la première à produire des ouvrages en PVC.

Les pergolas en PVC voient donc le jour dans le pays bien après cette date. Depuis lors, on en trouve plusieurs modèles : des versions en bois, en aluminium, en PVC, aux caractéristiques diverses. Elles peuvent être adossées et accolées à une maison ou isolées dans un jardin. Les fabricants qui se sont succédé ont chacun contribué à diversifier cet accessoire et en faire un abri fonctionnel et quasi incontournable des beaux jardins.

Les pergolas bioclimatiques : la nouvelle donne

Les pergolas bioclimatiques sont la référence de pointe dans l’univers des abris d’extérieur. Le système a été mis au point par Jean-Louis Castel en 1998. Cet entrepreneur cherchait avant tout des solutions pratiques pour protéger sa terrasse contre les intempéries. Après avoir conçu la première équipée de lames orientables, il brevette le système et produit ses accessoires en série.

Depuis lors, la pergola à lames orientables est à la mode. Elle intègre désormais des capteurs de lumière et d’humidité, des modules d’évacuation d’eau ; et des profils en aluminium robustes, résistants et esthétiques.